Je peux rester des heures à regarder tes courbes
Tes vaux et tes collines qui me sont des trésors
Des baquets de miel roux où mon âme s'abreuve
Oublieuse du temps suspendu à tes ors

Délicieuse montagne au regard impérial
Souriante dès l'aube et si belle au soleil
De ton œil rassurant lumière matinale
Tu éclaires la plaine qui sort de son sommeil

Ceux qui vivent à tes pieds connaissent ta grandeur
Ta force les protège du matin jusqu'au soir
Près de toi ils se plaisent lovés à ta chaleur
Ils se mirent et se voient comme dans un miroir

Si proches et pourtant loin de ta calotte blanche
Les montagnards courtisent ta douce majesté
Leurs cœurs si généreux se grisent et s'épanchent
Tes parfums et ta grâce leur donne la bonté

Quand la brume t'habille d'un linceul de cristal
Il émane de toi des couleurs qui ruissellent
Et la terre et les pierres au bon gout de métal
Se grisent à la fraicheur de ton ombre éternelle

Ceux qui sont loin de toi près de la mer amie
Alors que le soleil se lève au dessus d'eux
N'ont d'yeux que pour tes formes et tes doux arrondis
Ils te connaissent trop gardienne de leurs vies

Francis Blanqué
Canigou

Es pot descarregar el poema al format Word: Baixada Baixada

Al menu Francis